Comment gérer les désaccords avec les mariés ?

 

Tout projet implique, souvent, d’être un jour confronté à un ou plusieurs désaccords avec le ou les donneurs d’ordre. Penser que cela ne vous arrivera jamais en votre qualité de Wedding Planer risque de vous mettre, quand cela ne manquera pas de se produire, dans une situation délicate… Surtout si vous avez déjà engagé des fonds propres pour mener à bien la demande d’organisation du plus beau jour de la vie des futurs mariés qui ont fait appel à vos services.

Vous allez vite vous en rendre compte, au fil du temps, et surtout l’expérience aidant, que des signes avant-coureurs permettent de plus en plus tôt d’anticiper les désaccords et de trouver les solutions adaptées à la plupart des situations auxquelles vous serez confronté. La bonne nouvelle, c’est qu’il est très rare que le désaccord soit « total ». D’où ce premier conseil qui consiste, à mettre en évidence, dès les premières discussions, les points sur lesquels tout le monde s’accorde, cela permet tout de suite de les acter. Et, vous l’aurez compris, de donner aux points qui n’ont pas encore trouvé une solution acceptée par tous, la place qui est la leur : celle des « demandes en cours de réflexion ».

 

 

Savoir identifier le ou les désaccords

Une première étape consiste à identifier les désaccords. Il en existe de plusieurs types, en voici quelques-uns :

  • Un désaccord sur la nature même du projet de mariage que vous proposez.
  • Un désaccord sur les priorités que vous et les futurs époux accordez aux différents éléments du projet. Par exemple, le fait que vous souhaitez qu’un choix soit établi très rapidement, et les commandes passées pour la partie réception, alors que les mariés aimeraient encore soit y réfléchir, du moins pouvoir le modifier s’ils changent d’avis en totalité ou en partie.
  • Un désaccord sur le prix des prestations envisagées.
  • Un désaccord sur certaines prestations que les futurs mariés souhaitent gérer eux-mêmes ou faire accomplir par des tiers, mais qui, à votre avis peuvent déséquilibrer ou casser le fil conducteur de votre proposition.

En respectant quelques étapes, vous pourrez y faire face plus facilement et éviter, comme on dit couramment, de prendre un bouillon.

 

Les étapes permettant une bonne gestion des désaccords avec vos clients.

L’excellent Wedding Planer, que vous êtes, sait que rien ne vaut le dialogue et c’est encore plus vrai en cas de désaccord.

Le pouvoir d’écoute qui est le vôtre doit vous permettre de repérer, dès le premier rendez-vous, là où il y a un risque de désaccord, à plus ou moins court terme. C’est d’ailleurs la raison même de ce premier rendez-vous. C’est au cours de ce rendez-vous que vous devez définir avec vos clients les limites de votre prestation. Cela ne sert à rien d’accepter des demandes que vous saurez ne pas pouvoir honorer à la hauteur de leurs attentes ou par manque de compétence en la matière.

Exprimé, ce type de désaccord est qualifié d’explicite en opposition au désaccord « larvé » qui est plus difficile à détecter, car non formulé par vos clients.

 

Ces divergences s’expriment souvent plus facilement dans des cadres moins formels qu’un rendez-vous, autour d’un verre par exemple. Une fois formulées, il vous appartiendra de mettre en œuvre le mode de résolution le mieux adapté.

 

Négocier est le premier, mais coopérer avec des tiers comme des prestataires de services qui pourraient prendre en charge une demande que vous ne pouvez pas honorer peut s’avérer très utile.

 

Vous l’aurez compris, en plus du dialogue, la transparence est primordiale. Et si c’est vous qui n’exprimez pas votre désaccord, c’est presque une faute professionnelle.

 

Les pièges à éviter dans la gestion des désaccords avec vos clients

  • Aller au conflit, c’est souvent ce qui arrive quand on veut obtenir une commande à tout prix.
  • Faire des compromis « mous » qui risquent de ne satisfaire personne.
  • Tomber dans un dialogue de sourd, c’est-à-dire ne plus écouter et camper sur ses positions.
  • L’évitement qui consiste à faire comme si le désaccord n’existait pas : il y a fort à parier que celui-ci resurgira plus tard.

 

Bref, rien ne vaut, vous en conviendrez, l’honnêteté. Vos clients n’en auront que plus de respect pour vous, et seront, très certainement, en retour, tout aussi honnêtes avec vous. Et pour finir, même si ce n’est pas quelque chose de facile à décider, il est parfois préférable au regard de la nature du désaccord, de renoncer. Cette décision est de loin la moins agréable à prendre. Elle doit pourtant faire partie des modes de résolution possibles des désaccords, car il est préférable de renoncer à un projet que d’accepter une affaire au risque de perdre tout ce pour quoi vous faites ce métier : vous faire plaisir en faisant plaisir aux autres, tout en gagnant correctement votre vie.

 

Mais aussi de Marion Maupin

Cahier des charges, rétro-planning et budget : les indispensables du wedding-planner

Bonjour, dans ce podcast je vais vous parler des trois documents de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  
Please enter an e-mail address