Wedding-Planner : comment se dégager un salaire ?

Même si parler de « salaire » pour un organisateur de mariage à son compte n’est pas le plus approprié (« revenu » est plus exact lorsqu’il s’agit d’une entreprise) puisqu’il fait plutôt référence au revenu d’un salarié, je me suis adaptée au langage courant en l’employant malgré tout dans le titre 😉

Cet article fait écho au commentaire d’un lecteur du blog à propos du post « Combien gagne un wedding-planner ». Il avait conclu, à la lecture de mon post, qu’il semblait très difficile d’obtenir un salaire convenable. J’avais alors répondu que se dégager un salaire était bien possible, à la condition de veiller à plusieurs choses. J’ai souhaité en dire un peu plus en les développant dans cet article.

Ainsi, pour gagner sa vie, il faut avoir un œil sur tout, et en particulier sur ces trois points :

1)   Différenciez-vous de la concurrence

En vous différenciant, vous vous positionnerez sur des marchés partiellement ou pas exploités et gagnerez des clients.

  • La différenciation peut être verticale. Elle portera alors sur le niveau de prix et la qualité du produit ou service proposé. A une extrémité, on distingue alors les prestations haut de gamme à tarifs élevés destinées à une clientèle haut de gamme. A l’autre bout, on observe par exemple, des prestations avec intervention minimum pour un tarif abordable, et destinées à une clientèle moyenne gamme.
  • La différenciation peut être horizontale. Dans ce cas, vous proposerez des produits ou services différents voire complémentaires, de ceux de la concurrence. Par exemple, vos concurrents proposent une organisation de A à Z, mais aucun de vos concurrents ne propose spécifiquement d’aide à la création d’une cérémonie laïque alors que des mariés vous ont déjà demandé si vous le faisiez ? Proposez ce service, et positionnez-vous comme le spécialiste.

Conclusion : pour vous différencier, posez-vous les questions suivantes :

a)      Comment se positionnent vos concurrents ?

b)      Comment pouvez-vous vous différencier ? (de façon verticale ou horizontale ? ou les deux ?)

c)       Cela répond-il à un besoin latent des mariés de votre zone géographique ? = Y-a-t-il un marché pour l’offre à laquelle vous pensez ? Si vous pensez que oui d’après vos observations, faites le test grandeur nature, surtout s’il est rapide à effectuer, et ne vous coûte (presque) rien.

 

2)    Élargissez votre offre de prestation

Pour augmenter votre « salaire », ayez plusieurs sources de revenus. D’une part, vous augmenterez vos revenus, et d’autre part, vous jouerez la prudence en ne mettant pas tous vos œufs dans le même panier. Mais attention, parfois, à vouloir courir plusieurs lièvres à la fois, vous risquez de n’en attraper aucun.

Comment faire pour l’éviter ?

A chaque nouvelle prestation envisagée, étudiez comment vous vous y prendrez pour la commercialiser : comment la ferez-vous connaître ? De quels moyens (techniques, logistiques, humaines, financiers, temps) devez-vous disposez pour la proposer ? Pouvez-vous vous organiser pour les avoir ? Est-ce rentable ?…

C’est pour cette raison par exemple, qu’il est à mon avis très difficile, dès le début de votre activité, d’être organisateur évènementiel à la fois pour les particuliers (mariages, baby-showers,…) et les entreprises (séminaires, incentives…). Même si sur le fond, c’est tout à fait cohérent ; dans la pratique, vous devez multiplier vos efforts par deux.

Eh oui, vous vous adressez à deux cibles totalement différentes : les particuliers et les entreprises. Vous devrez donc passer par des moyens de communication différents, etc. Et donc y consacrer deux fois plus de temps.

En revanche, si vous vous consacrez exclusivement au public des entreprises, cherchez plutôt à rentabiliser les investissements en communication que vous ferez déjà envers ce public en élargissant le panel de prestation proposées. De plus, en termes d’image, ils vous percevront comme « spécialiste de l’évènementiel d’entreprise », ce qui accroîtra votre crédibilité.

 

3)    Réduisez vos coûts

Si on parle souvent du taux de facturation d’un wedding-planner, et donc du chiffre d’affaires, on parle en revanche peu des différentes charges qui lui incombent. Pour réduire vos coûts, un maître-mot : Op-ti-mi-sa-tion.

  • Achats de marchandises : pour une décoration de salle par exemple, groupez vos achats pour vous permettre d’atteindre les minimums de commande requis par les fournisseurs pour professionnels. Si vous achetez au coup par coup, vous n’atteindrez jamais ces minimas, et serez contraints d’acheter vos décorations au prix fort en boutique.
  • Achats de matériel : ici aussi, préférez faire vos achats auprès de grossistes que de détaillants. Vous ferez des économies.
  • Frais de déplacement : vu le prix du carburant, vous devez optimiser vos déplacements pour vous éviter une facture qui viendrait grignoter votre marge bénéficiaire. Ainsi donc, organisez vos déplacements en les groupant. Combinez un rendez-vous prospect avec la visite d’un prestataire si vous constatez qu’ils se situent dans un périmètre proche.

Tous vos coûts, il vous faut les évaluer, les analyser, les disséquer, jusqu’à ce qu’ils n’aient plus aucun secret pour vous. Vous devez savoir ce que chaque chose vous coûte, et ce qu’elle vous rapporte, pour ensuite faire des choix. C’est une entreprise que vous gérez, vous ne pouvez donc laisser le hasard faire les choses à votre place.

 

A présent, analysez votre propre activité au crible et passez-là sous l’angle de ces trois principes. Vous améliorerez alors votre « business model » et augmenterez votre revenu.

 Vous voulez connaître la méthode pour devenir wedding-planner même SANS expérience ?

Nouveau sur le blog ?

Mais aussi de Marion Maupin

« Wedding Plan » : le logiciel qui manquait aux wedding-planners

Essai 15 jours gratuit, cliquez ici Je suis très contente de vous...
Lire la suite

9 Commentaires

  • Bonjour,
    J’ ai parcouru tous les articles de votre site et celui sur les revenus qu on peut espéré dégager est très bien expliqué.

    Cordialement.
    Marie

  • Chère Marion,

    Un très grand merci pour vos conseils. Je me suis fais une petite idée de la manière dont je pourrai réduire mes coûts.

    Cordialement,

    Lucie.

  • Bonjour,
    QU’entendez-vous par cérémonie laïque. Est ce une autre cérémonie que le passage à la mairie, avec une personne qui aurait un discours tel que pourrait l’avoir un prêtre mais qui n’a ni responsabilité administrative, ni religieuse?
    En vous remerciant,

    • Bonjour Caroline,
      Oui, on désigne « cérémonie laïque », une cérémonie purement symbolique, n’ayant aucun caractère officiel, ni même religieux. L’officiant (celui qui officie la cérémonie) peut être n’importe qui sur le principe. Dans la pratique, il doit être à l’aise pour s’exprimer en public. Soit ce peut être un ami qui prenne ce rôle, soit un officiant dont c’est le métier.
      Le passage à la mairie reste obligatoire, mais peut être suivi d’une cérémonie laïque, pour ceux qui souhaiteraient célébrer leur mariage de façon plus personnelle. C’est une cérémonie dans laquelle peuvent se retrouver les couples non croyants, les couples mixtes, les couples remariés …

      Marion

  • Bonjour et merci pour ces infos précieuses. Mon plus gros problème est le suivant : comment fixer ses prix. J’ai peur d’être trop chère et de n’avoir aucun clients ou au contraire de ne pas oser mettre des prix « élevés » et donc de brader mon travail…
    Merci pour votre retour!

    • Pour commencer, cherchez d’abord à savoir quel prix vous devriez pratiquer pour que vous puissiez gagner votre vie correctement. Donc, estimez à peu près le temps que chaque prestation vous prendra (pour avoir un ordre d’idée, une organisation complète sans décoration me demande environ 120 heures de travail. Mais après, tout dépend de ce qu’on entend par « complète », car le plus souvent les mariés conservent des tâches à réaliser, et chaque wedding-planner et chaque couple ne souhaitent pas le même niveau de délégation. Ensuite multipliez ce nombre d’heures par votre taux horaire souhaité. Rajoutez les différentes charges, frais… ensuite, ces prix, vous les testerez. Même si vous fixez des prix aujourd’hui, vous allez les peaufiner suivant les contacts prospects que vous aurez. C’est en analysant leurs réactions (ou non réactions: par exemple, vous envoyez un devis et pas de réponse, donc cherchez à connaître la raison…), que vous parviendrez à des tarifs cohérents.
      Maintenant, je dirais que pour commencer, proposer des tarifs un peu plus bas peut vous permettre de décrocher un ou plusieurs contrats plus facilement, histoire d’acquérir une expérience. Ensuite, sur les prochains contrats, vous pourrez augmenter vos prix.
      Marion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  
Please enter an e-mail address