Provoquez la chance

On dit de certains qu’ils ont de la chance, et d’autres qu’ils n’ont pas de chance. J’avais lu un livre à ce sujet il y a quelques années, qui s’appelait « La chance tu provoqueras », d’Alain Samson aux éditions Eyrolles. Et en fait dans ce livre il explique que la chance n’est pas une fatalité mais qu’elle se provoque. Ça pourrait se discuter, parce que moi je pense qu’on ne peut pas agir complètement sur notre environnement, je pense qu’on ne peut avoir le contrôle de tout. Mais je pense que l’on a entre nos mains une grande part de responsabilité sur ce qui nous arrive.

Ce qui est certain c’est que si on ne fait rien, il ne peut pas se passer grand-chose. Ce qu’on désire ne va pas tomber du ciel. A contrario, si on met tous les moyens en œuvre pour obtenir ce qu’on veut, il n’est pas dit que ça arrive du premier coup. Mais on aura toujours plus de chance d’y arriver que de ne rien faire.

Si je repense à ce livre en ce moment c’est parce qu’il m’est arrivé quelque chose d’assez génial dernièrement et je vais vous en parler juste après. Et globalement, ces dernières années, quand je regarde en arrière, je me dis que des choses sont arrivées, j’ai la sensation d’avoir avancé et je me suis demandé si c’était simplement le hasard ou si c’est moi qui aie provoqué ça.

Pour être plus claire, je vais illustrer tout ça. Alors, moi il y a plusieurs mois de ça, un loueur de salle m’appelle en me présentant sa salle de réception qui est sur le point d’ouvrir l’année d’après. Je discute avec lui, j’étais plutôt ouverte ce jour-là. J’avoue il y a des moments où je suis plutôt concentrée sur un dossier, ou stressée pour un truc, et je suis pas spécialement open pour tailler une bavette, surtout quand il s’agit de prestataires qui appellent juste pour présenter leurs services. Et là, plutôt sous un beau jour, j’étais assez naturelle, spontanée, je lui disais que c’était bien qu’ils aient une salle avec autant de couchages… Je pense qu’il a dû me trouver positive, enthousiaste. Et aussitôt il me dit « ça vous dirait de commercialiser la salle pour nous » ?. J’étais un peu surprise qu’il me propose ça alors qu’on se connaissait pas. Bref, on s’est rencontré plusieurs fois avec son épouse. Et 7 mois plus tard, je signais un contrat d’un an (dans un premier temps) pour être leur consultante, plus que ça encore, pour être leur « bras droit » (je cite exactement leurs mots), et les accompagner dans leur stratégie marketing, communication, commerciale.

Alors en fait, ils n’ont pas qu’une salle de réception, ils ont 3 restos, 2 salles de réception, 1 service traiteur et une marque de produit d’épicerie fine.  Ceux qui suivent le blog le savent, je pense que ça se sent, j’ai une passion pour la création d’entreprise, le développement de business en général. Alors cette opportunité, je n’aurais jamais imaginé qu’elle puisse même exister, et pourtant en me la proposant ils ont visé en plein dans le mille.

Quelque temps après cette histoire, je me suis dit : « à quelque chose près, j’aurais pu passer à côté de quelque chose d’énorme. Parfois ça se joue vraiment à rien ». Je vous explique : au moment où il m’appelait je faisais des travaux de peinture dans ma maison, alors bon j’ai hésité à répondre. Imaginez si je n’avais pas répondu.

Ensuite, des prestataires qui m’appellent pour présenter leurs services, ça m’arrive régulièrement. Donc, quand j’ai pas de besoin au moment présent, je m’éternise pas au bout du fil. Là, coïncidence, je cherchais une salle dans son secteur et dans leurs critères.

Ensuite, j’aurais pu me contenter de prendre rendez-vous et basta. Et en fait, ça m’intéressait de savoir qu’ils allaient ouvrir, que c’était leurs débuts, alors j’ai discuté. Il y a des jours où on a pas la tête à parler, à s’ouvrir aux autres, parce que pris par x problèmes. Et ce jour là, non j’étais plutôt ouverte. Et en fait, c’est là l’une des clés pour provoquer sa chance : être curieux. Je veux dire au sens noble du terme.

Quand ensuite il m’a demandé « ça vous dirait de commercialiser pour nous ? ». Je ne savais pas ce qu’il entendait exactement par « commercialiser » mais j’étais curieuse, j’avais envie de savoir. L’idée me plaisait et je me suis dit après tout, après un rendez-vous je vais peut-être voir qu’il est à côté de la plaque, ou qu’on ne va pas s’entendre ou que je ne suis pas du tout le profil qu’il recherche. Mais tant pis, qu’est-ce que je risque ? Pas grand-chose. Alors je me suis juste dit, « allons voir » !

Alors voilà, la chance c’est aussi notre attitude qui la provoque. C’est être curieux, être ouvert à tout, être juste disposée à explorer et à force d’ouvrir des portes, on peut tomber sur une perle alors qu’on ne cherchait rien.

Cette petite réflexion, ça va vous permettre de réfléchir sur votre propre vie, et c’est aussi pour vous montrer que c’est encourageant de voir que parfois dans la vie, il nous arrive des choses agréables à laquelle on ne s’attendait pas, et qui nous arrivent malgré tout. Je vous ai donné un exemple de ma vie pro, mais pour certains, ça peut être au niveau perso. Je pense par exemple aux personnes qui rencontrent l’âme sœur au travail, ou dans une association, chez des amis… bref , et qu’étaient spécialement en recherche, mais c’est tombé un jour, parce qu’ils étaient dispo pour ça dans leur tête…

Mais aussi de Marion Maupin

4 erreurs du wedding-planner débutant

Comme vous le savez, je dispense la formation à distance « Organisateur de...
Lire la suite