4 erreurs du wedding-planner débutant

Comme vous le savez, je dispense la formation à distance « Organisateur de mariages ». Au contact de mes stagiaires, je note parfois quelques petits « travers » dans le raisonnement. Parce qu’on apprend de ses erreurs, je voulais vous faire profiter de leurs petits faux pas dans cet article.

1. Griller les étapes…

C’est commencer à créer son agence en commençant tête baissée par passer ses soirées à imaginer des menus ou confectionner des marque-place parce que c’est tellement amusant….   Assimilez le métier de wedding-planner à une activité de scrapbooking, et c’est l’échec assuré !

Je ne me répèterai jamais assez : commencez par étudier vos concurrents et la tendance de la demande des mariés sur votre secteur. Ensuite, imaginez les prestations possibles et qui découlent de ce que vous avez pu observer sur votre marché. Enfin, étudiez la viabilité de ces prestations grâce à quelques petits calculs de rentabilité tout simples. Je ne parle même pas de comptabilité, mais simplement de faire appel à votre bon sens : Combien je vends ma prestation ? quelles sont mes charges ? Avec ces hypothèses, est-ce que je dégage des bénéfices ?

2. Perdre de vue le véritable objectif de votre agence : être rentable

Beaucoup de wedding-planners qui se lancent se focalisent trop sur la question « comment organiser un mariage ? » en pensant qu’il suffira de savoir comment on organise un mariage pour réussir. Erreur !! Cela est nécessaire mais pas suffisant.

Même si bien sûr, on attend de vous que vous sachiez organiser un mariage, et c’est l’un de vos deux objectifs, votre second objectif doit être de créer de la valeur ajoutée dans le but de gagner votre vie. Votre maître-mot doit être « rentabilité ». Je sais, vu sous cet angle, le métier semble tout de suite beaucoup moins glamour 😉 Mais c’est ça aussi le métier d’organisateur de mariages (personnellement, c’est aussi cet aspect du métier qui me plaît).

A partir du moment où l’on parle de « travailler à son compte », qu’il s’agisse d’organiser des mariages, d’être DJ, ou de vendre des beignets sur la plage, l’objectif reste de gagner sa vie. Toutes vos décisions devront donc être prises dans ce sens.

Dans n’importe quel métier, à partir du moment où vous êtes travailleur indépendant, vous aurez beau être un très bon webmaster ou un excellent coiffeur à domicile, si vous ne savez pas vendre vos prestations et ne vous assurez pas de votre rentabilité, alors personne n’aura la chance de découvrir vos talents.

Ainsi, effectuez de simples petits calculs (prévisionnel de ventes, marge…) et vous conclurez peut-être que vendre des menus et faire-part seront insuffisants pour vous faire vivre, et qu’il vous faudra proposer d’autres prestations pour augmenter votre chiffre d’affaires.

3. Confondre « achats » et « investissement »

Faîtes-vous bien la différence entre les notions de «dépense » et d’« investissement » ?.

Investir c’est réaliser une dépense dans l’espoir que plus tard, elle rapportera plus que la perte engendrée (= retour sur investissement).

Une dépense, c’est un achat qui ne vous rapportera rien en retour. L’un et l’autre sont nécessaires à l’entreprise, mais il vaut mieux que vous sachiez faire le distinguo car sinon vous pourriez bien dépenser en pensant que c’est un investissement, alors qu’il s’agit juste d’une dépense.

Exemples :

Partant de cette différence, il sera par exemple inutile d’acheter  à l’avance des décorations de mariage consommables (type marque-place, plumes, perles de pluie…), car vous ne savez pas à l’avance ce que vos mariés souhaiteront comme thème et couleurs (les possibilités sont tellement vastes). Vous aurez sûrement acheté toute cette marchandise pour rien. En revanche, vous pourriez décider d’acheter des nappages blancs pour les louer (investissement). Vous cernez mieux la différence ?

4. Ne pas s’être préparé (psychologiquement et financièrement) à perdre

Vous voudrez investir mais ne foncez pas tous azimuts. Prévoir vos investissements doit faire partie de la préparation de votre projet. Il vous faut les anticiper, les lister, et ensuite évaluer leur pertinence.

Dans toute création d’entreprise, le risque d’échec existe. Cela ne doit pas vous paralyser, loin de là, mais le savoir doit vous permettre d’arbitrer : pour chaque somme engagée, demandez-vous si en cas d’échec vous êtes prêt (psychologiquement et financièrement) à perdre cet argent. Un échec éventuel sera plus facile à assumer si cela devait arriver.Votre devise : « Avoir conscience du pire, mais espérer le meilleur. »

Cliquez ici pour devenir wedding-planner

et vivre de votre métier dès maintenant

 Vous voulez connaître la méthode pour devenir wedding-planner même SANS expérience ?

Nouveau sur le blog ?

Mais aussi de Marion Maupin

Débutant, comment convaincre ?

Et vous, en tant que wedding-planner débutant, qu'est-ce qui vous bloque ?...
Lire la suite

27 Commentaires

  • Vous êtes formidable Marion! J’ai été séduite par votre proposition d’investir dans des nappages pour les louer ensuite plutôt que d’acheter de la décoration jetable. Depuis quelques temps, je pensais presque la même chose: acheter de la belle vaisselle durable pour les louer un jour. En effet, j’ai connu un Wedding planner qui a fait faillite mais qui s’est reconverti dans la location de matériel. C’est à partir de là que l’idée a commencée à germer en moi et voilà qu’aujourd’hui vous me la confirmer.

    Un grand merci Marion.

    Lucie.

    • Merci Lucie pour votre enthousiasme! Les nappages sont un exemple, ce peut être tout type de matériel destiné à la location. A bientôt.

  • Je suis contente que vous m’ayez fais pais parvenir ce mail. C’est vraiment d’un grand conseil pour moi car j’avoue dès fois oublier de mettre à profit certaines de mes compétences. Aussi je cherchais à faire de la location mais je savais pas trop dans quoi investir alors je trouve votre idée de nappage blancs génial, ça ouvre sur d’autres types de matériels de location. Merci pour vos conseils et à bientôt.

  • Merci beaucoup pour ce conseil. Mais j’ ai une preoccupation,je voudrai me lancer dans le metier de wedding-planner,j’ai meme deja monter mon business plan et je suis prete a affronter l’echec puisque je sais que c’est pas facile vu que dans mon pays c’est un service qui prend a peine de l’ampleur avec quelque personne qui le font mais tres timidement alors ma question est comment puis-je faire pour etre connu rapidement mais aussi avoir une longueur d’onde sur mes concurrents.merci

    • Bonjour Zanie,

      A la question : comment faire pour être connu rapidement?, il n’y a pas une réponse standard applicable à tous les wedding-planners, dans tous les pays du monde. S’il y avait une recette identique pour tout le monde, cela se saurait, et il serait plus facile de créer son entreprise. Or comme vous l’avez dit, il existe un risque d’échec, et ce, dans n’importe quelle création d’entreprise. Généralement, voici les moyens de communication les plus adaptés à l’activité : le site web, approcher prestataires de mariage pour être répertoriée dans leur liste de prestataires partenaires, exposer à un salon du mariage, distribuer des flyers…
      Mais vous avez la particularité de développer votre activité dans un autre pays que la France, donc il faudra que vous testiez les différents moyens de communication pour ne garder que les plus efficaces dans votre propre pays. Avant de tester lesquels, demandez-vous d’abord si vous en voyez de plus pertinents que d’autres par rapport à votre marché : votre clientèle utilise-t-elle internet pour trouver leur wedding-planner? Les prestataires de mariages (traiteur, lieux de réception…) sont-ils des prescripteurs chez vous ?…

      A la question : comment avoir une longueur d’avance sur vos concurrents? Je répondrais : être toujours en veille concurrentielle, c’est-à-dire, consacrer quelques heures chaque semaine à regarder sur internet ou autre ce que font vos concurrents, comment ils ont fait évoluer leur activité, si d’autres concurrents se sont crées… Et aussi être toujours en veille sur les évolutions de votre clientèle. Tout ceci pour que vous sachiez évoluez en fonction des changements de votre marché.

      Espérant vous avoir aidée,

      Marion

  • Merci, Marion. Merci pour ces conseils édifiants, et pour ce blog, qui nous font du bien à toutes! Dieu vous bénit! Yèyinou

  • Bonjour,

    je trouve votre site très intéressant ainsi que les modules de la formation! Il y a une question que j’aimerai vous poser: comment gérer son stock en tant que Wedding Planner? Doit on acheter tous le matériels de décoration ou les louer? Merci de votre réponse

    Michèle

    • Bonjour Michèle,
      En matière de décoration, vous devez distinguer les consommables (ce qui n’est utilisable qu’une fois, le jetable: rubans, le papier, les bougies…), du matériel, dont vous pourrez vous resservir d’un mariage sur l’autre (vases, nappes, chevalet,..). Pour les premiers, vous ne devez pas avoir de stocks, vous devez les acheter à la demande, car il est impossible d’avoir en stock toutes les demandes possibles. Pour le matériel, c’est à vous de voir ce qui peut être intéressant de proposer à la location (y-a-t-il du matériel actuellement à la mode mais pas proposé par les loueurs de votre région?…).
      J’espère vous avoir aidée,
      Marion

  • Bonjour,
    Je suis en train de créer ma propre entreprise et en faisant mon étude de marché, je me suis aperçue que de plus en plus de mes concurrents ne facture pas au % pour l’organisation d’un mariage mais à un prix fixe. D’autre par contre continu de facturer au %. A votre avis avec votre expériences quels sont les avantages et les inconvénients de ces différents tarifs?
    On parle de rentabilité de l’entreprise mais la j’avoue être un peu dans le flou.
    Merci

    • Bonjour Prescillia,

      Je trouve que la facturation au pourcentage n’est pas très vendeuse, car le client va penser que vous avez un parti pris et que vous allez lui présenter des prestataires chers pour que vos honoraires soient plus élevés… Au moins la facturation au forfait qui ne tient compte ni du budget des mariés, ni du nombre d’invités (hors déco) est plus rassurante pour le client. Au moins il n’y a pas de surprise. Mais ceci reste mon point de vue. En basant son barème de facturation davantage sur un temps de travail, ou un nombre de prestataires recherchés semble plus justifié pour le client qu’un pourcentage de son budget.

      J’espère vous avoir aidée,

  • Merci Marion. Moi je pense monter seule mon affaire en Espagne et ce n’est pas si simple. Pour le moment je travaille et je prends le temps. J’étudie bien toutes les perspectives et possibilités qui s’offrent à mon entreprise, me permettant de me démarquer.

    En tout cvas merci beaucoup.

    Emilie

    • Bonjour Emilie,
      Rien ne sert de courir, mieux vaut partir à point, vous avez raison 😉 Il faut prendre le temps de faire les choses correctement… sans pour autant se laisser immobiliser par la peur de se lancer, car un jour il faut oser se lancer. N’hésitez pas à partager votre expérience avec nous sur le blog le jour où vous vous lancerez 😉
      A très bientôt,
      Marion

  • Bonjour Marion,
    Merci pour tous ces conseils.

    Je voulais savoir Marion, Ma cousine m a confiée la décoration de ses 2 salles de mariage pour me faire connaître. Thème jaune blanc au vin d honneur dans un jardin …donc à l extérieur et au dîner jaune blanc rouge bordeau et bleu clair. Thème sur ces 4 couleurs. Ça se passera sur un terrain de tennis. N ayant aucun materiel pour le moment, je dois des à présent commencer à me préparer pour juin 2017. Je commence à flipper. Serai je à la hauteur? Dans quoi dois je me lancer en premier pour 500 personnes?
    Il s agit d un très grand mariage .
    Merci Marion…

    • Bonjour Ingrid,
      Pardon pour ma réponse tardive. J’avoue, commencer par un mariage de 500 personnes, c’est « hard ». J’ose espérer qu’ils ne t’ont pas demandé de poser des suspensions 😉 Si c’est pourtant le cas, c’est très risqué pour une première. S’il ne s’agit « que » de décoration de tables, alors pourquoi pas, mais la condition pour ne pas se planter, c’est prévoir suffisamment de main d’oeuvre et c’est là qu’on peut se faire avoir et sous-estimer. Pour que tu puisse prévoir, la pose de la décoration de table pour un mariage de 100 personnes nécessite environ 1h30 de pose à 3. Pour l’ordre dans lequel faire les choses, je dirais qu’il faut que tu liste avec ta cousine ce qu’elle veut pour sa décoration, ou que tu fasse des propositions (je ne sais pas ce qui est convenu). Ensuite, pour la déco en dur, privilégie de la location si c’est possible, car tu ne sais pas encore ce qui te seras le plus souvent demandé, donc si ce matériel te resservirait. Pour les consommables (le jetable), il te faudra les acheter. Avant d’acheter, relève les prix pour avoir le budget total, afin que ta cousine soit ok avant d’engager des achats.
      Je te souhaite bon courage,
      Marion

      • Merci beaucoup Marion. C est vraiment hard.
        Pour la matinée je voyais des lanternes jaunes et blanches suspendues. Des boules de fleurs dans les MM tons.Un tapis personnalisé avec leur initiales incrits dessus.Un candy bar…et un coin photobooth. Il va me falloir une sacree main d oeuvre oui.
        Pour le soir, Vu que cela se passe en plein air sur un terrain de tennis…Je voyais suspendre des lampions led bleus, mini projecteurs en bleu tout autour du terrain. Dresser les tables en blanc et or..avec centre de table genre arbre de mariage…Je réfléchis encore. Le thème au final pour le soir est bleu azur/or/blanc.
        Merci pour le courage Marion, il m en faudra sûrement bien plus.

        • Je vois, c’est très ambitieux. Une précision importante: l’estimation de main d’oeuvre que j’ai donnée est uniquement pour de la décoration « sur table ». S’il y a des suspensions à poser, il faut prévoir du temps en plus. Mais tout dépend de la quantité à poser et du niveau de difficulté.
          Très bon courage,
          Marion

  • Bonsoir,

    Je suis diplômé en événementiel (gestionnaire de projets événementiels) et je rêve de devenir Wedding Planner. Je doute beaucoup de moi et j’ai peur de faire beaucoup d’erreurs. Ce soir, j’ai découvert votre blog et je trouve que vos conseils sont très précieux et très intéressants, lors de ma formation sur l’organisation de mariage les cours n’étaient pas aussi complet que vos articles alors merci beaucoup il y a peu de gens prêt à partager leur savoir.

    • Bonjour Jessica,
      Ta formation de base te servira, c’est sûr. Ce que j’apporte est complémentaire à tes acquis.
      La peur de faire des erreurs peut empêcher certaines personnes de passer à l’action. Il est dommage de ne pas tenter quelques chose à cause de cette peur. Des erreurs, on en fait tous, et c’est d’ailleurs comme cela que l’on apprend. C’est comme cela que j’ai appris en tout cas 😉 On ne peut pas tout faire parfaitement du premier coup. Nous sommes des humains, pas des robots. Si tu accepte cette idée, alors tu oseras tenter beaucoup de choses !
      A bientôt,
      Marion

  • Bonjour Marion

    Je viens de découvrir votre blog.Tout simplement génial.Il s’en dégage du professionnalisme, du sérieux et de l’assurance.A la veille d’une reconversion professionnelle, je compte m’orienter vers ce métier dans lequel je pense pouvoir réinvestir certains acquis.J’ai pu, grâce à la lecture de vos interventions, prendre un peu la température de cette activité. Merci pour la qualité de votre blog que je compte suivre de très près.Bien à vous.

  • Salut Marion.
    Je viens de découvrir ton blog.Tout simplement waouh!!! j’apprécie beaucoup tes conseils. Je vis en Afrique, plus précisément au Cameroun. je pense fortement à une reconversion professionnelle. J’aime beaucoup la décoration et je voudrais exercer comme wedding designer. Bien que n’ayant pas l’argent nécessaire pour suivre une formation à distance, car il n’existe pas d’école de formation dans ce domaine ici, j’ai le talent, la volonté nécessaire. Problème, vu le niveau de vie de beaucoup, je me demande si ce sera rentable; que faire!? Et même si ça marche , ne vais-je pas me lasser?
    merci d’avance.

    • Bonjour Fidélie,
      Je ne connais pas assez bien le Cameroun pour te donner mon avis sur le potentiel de ce marché. Malgré le niveau de vie de beaucoup comme tu dis, j’imagine qu’il y a une minorité aisée qui aurait les moyens de se payer les services d’un wedding designer. Il faut que tu approfondisse ta réflexion et ta recherche dans ce sens: cherche à en savoir plus sur le profil de cette clientèle potentielle. Quels sont leurs besoins quand il s’agit de mariages? Font-ils appel à des professionnels pour la déco ou la font-ils généralement eux-mêmes? Comment peut-on les toucher, comment se faire connaître auprès d’eux?
      Pour la question « ne vais-je pas me lasser? », là c’est autre chose et toi seule peux trouver la réponse. Si tu te pose cette question, c’est qu’il faut que tu réfléchisse davantage à ce que tu veux faire de ta vie, à ce qui te fait vibrer, ce que tu aimes faire…Et si c’est ce métier, qu’est-ce que tu aime dans ce métier, est-ce qu’il t’apporterait ce dont tu as besoin…
      Voilà, j’espère t’avoir aidée.
      Je te dis à très bientôt,
      Marion

  • Bonjour marion! merci pour ton blog il est super! je voulais te demander si il fallait acheter ou confectionner soi même de la déco avant de lancer son agence pour la proposer aux clients? quelle est la base que l’on peut avoir en déco pour que cela reste de l’investissement et quel budget ne pas dépasser?!merci ! 😉

    • Bonjour trommer,
      Si tu veux investir dans du matériel de déco pour t’en resservir sur chaque mariage, n’achète rien dans un premier temps. Contente toi d’abord de relever ce que veulent les mariés lorsque tu as des rendez-vous, et petit à petit tu vas voir qu’il y a des demandes récurrentes. Et c’est ce matériel que tu vas pouvoir acheter au fur et à mesure. Sinon, n’achète pas d’avance ce qui est consommable/jetable, n’achète que suivant ce que les mariés te demanderont, sinon tu vas te retrouver avec des éléments de déco qui ne serviront pas.
      J’espère t’avoir aidée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  
Please enter an e-mail address